Christophe Gerber :«Un marché stable »

GERBER Christophe

Achat et revente d’or, il y a là tous les ingrédients pour susciter les interprétations les plus folles. Qu’est-ce qui vous a amené sur ce marché ?
Tout est parti d’un constat très simple : aujourd’hui, on ne garde plus chez soi les vêtements, les jeux, les objets technologiques que l’on
n’utilise plus. Les sites comme eBay et LeBonCoin se sont développés sur ce modèle. J’ai donc eu l’idée d’adapter ce principe aux objets de valeur.
Les chiffres sont là pour nous donner raison, puisque cette année, nous totaliserons environ une tonne d’or. Le marché ne repose-t-il pas
avant tout sur révolution du cours de l’or ? En fait, nous constatons que le marché est assez stable. Il y a eu effectivement un coup d’arrêt en 2013, qui
était lié à l’effondrement des cours de l’or, qui ont chuté de 40 %. Mais aujourd’hui, nous avons retrouvé les mêmes volumes d’achats dans
nos différentes boutiques, alors que le cours est encore très inférieur au niveau qu’il avait atteint en 2012, puisque le kilo était monté à 44 DOO €, alors qu’il est aujourd’hui stable à 31 DOO €. Après avoir temporisé en 2013 et 2014, vous avez relancé les ouvertures ces dernières semaines. Est-ce qu’il y a un magasin type ? Je compte effectivement reprendre un rythme soutenu d’ouvertures dans les prochains mois. Nous devons inaugurer cinq à six nouveaux magasins en 2015. La boutique moyenne fait environ 40 à 50 m2, mais nous pouvons aussi bien nous installer sur 20 m2, comme sur la place Bellecour, que sur 70 nf, à l’image de notre magasin de l’avenue Berthelot.

berthelot