Actualités

Comprendre le projet Montagne d’Or en Guyane Française

Jugé incompatible avec « les exigences de protection de l’environnement » du gouvernement, le projet Montagne d’Or n’a pas reçu à temps les autorisations nécessaires à l’exploitation minière. En mai 2019, le Conseil de Défense Ecologique laissait entendre qu’il pourrait être abandonné. Pourtant en décembre 2020, les autorités judiciaires de Cayenne ont appelé l’Etat à accorder une prolongation des concessions minières à l’entreprise à l’origine du projet, pour une durée de 25 ans. Un renouveau malvenu dans cette affaire fortement contestée par les associations écologistes.

L’origine du projet Montagne d’or en Guyane Française

Le projet Montagne d’or se porte sur l’extraction de 85 tonnes d’or et minerais précieux, localisés dans les sous-sols de la forêt guyanaise. La réalisation de ce projet était à l’origine prévue en 2022, et l’exploitation de l’or devait durer 12 ans. 1513 hectares sont concernés, dont un tiers de forêts primaires sur lesquels se trouvent plus de 120 espèces végétales et animales protégées selon l’ONG WWF. La plupart y sont endémiques.

L’exploitation des mines aurifères présente de réels enjeux en Guyane, à la fois pour le secteur environnemental et les populations locales. A court terme, le projet est présenté comme un stimulateur de l’économie guyanaise, avec la création de 750 emplois directs et près de 3000 postes indirects. Pourtant, sur le long terme, l’exploitation d’une mine à ciel ouvert pourrait provoquer des conséquences désastreuses sur les écosystèmes. Une cinquantaine de milliers de tonnes d’explosifs, de cyanure, et près de 200 millions de litres de fuel seraient nécessaires pour l’extraction du métal jaune sur les douze années d’exploitation des gisements aurifères. Un tel cocktail constitue un véritable poison pour l’environnement, d’après Laurent Kell, responsable du WWF.

Les associations écologiques luttaient ainsi contre l’établissement de ce projet et requéraient son abandon définitif, soutenus par les communautés locales qui craignaient notamment une  » ruée vers l’or  » internationale. Une pétition lancée en 2019 rassemble près de 600 signatures. En mai, la victoire semble acquise : après un certain immobilisme, le ministère de l’économie adopte une position officielle en refusant les prolongations de concessions demandées par l’industrie minière. Le Président Emmanuel Macron lui-même a fait part de sa position vis-à-vis du projet Montagne d’or, soutenant que cette activité minière n’était « pas compatible avec une ambition écologique et en matière de biodiversité ».

Toucan d'Amérique Tropicale

Les toucans de Guyane font partie des oiseaux dont le territoire est menacé par les exploitations aurifères.

Le Projet Montagne d’or relancé par les autorités judiciaires

Le refus du Gouvernement concernant la poursuite du projet n’a toutefois pas convaincu le consortium minier russo-canadien Nordgold-Columbus Gold de déposer les armes. À la veille de Noël 2020, la Cour administrative de Cayenne a enjoint l’Etat français d’accorder la prolongation du bail de deux sites miniers pour une durée de 25 ans, au profit de l’exploitation minière Montagne d’or. Le nombre d’emplois que pourrait générer le projet aurifère dans la région, et le refus sans fondement du gouvernement d’accroître la durée des concessions en 2019 ont été les arguments présentés en faveur de la relance du projet.

En amont, l’audience du 3 décembre 2020 s’est déroulée sans représentant de l’Etat. Marine Calmet, porte-parole du collectif Or de question, a déploré le désintérêt du gouvernement qui« a totalement délaissé le procès » ; cette absence entretient la confusion sur la position de l’Etat au sujet du dossier de la société minière. Un flou administratif qui a ravivé la colère des associations environnementales. Laurent Kell, responsable du WWF, a de nouveau dénoncé les désastres écologiques que pourrait provoquer la relance du projet minier, et les conséquences néfastes de l’emploi d’explosifs sur les écosystèmes concernés.

Côté gouvernement, le Ministère de l’Écologie assurait déjà en décembre son intention de faire appel à ce jugement. Le 3 février 2021, l’Etat a annoncé avoir déposé un recours contre le tribunal administratif de Cayenne :« les premières requêtes ont été déposées à cette fin auprès de la cour administrative d’appel de Bordeaux, lundi 25 janvier 2021 », a précisé dans un communiqué les ministres de la transition écologique, Barbara Pompili, des outre-mer, Sébastien Lecornu, et la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher.

L’alternative aux mines d’or : le recyclage de l’or

Malgré les opinions hostiles exprimées à la Commission nationale du débat public en 2019, le projet Montagne d’Or est loin d’être enterré. La protection de la richesse environnementale guyanaise est mise à mal face à l’intérêt économique que suscitent la création d’emplois potentiels et les bénéfices engendrés par l’extraction de l’or. Considéré comme une valeur refuge, prisé dans l’industrie et pour la création d’or d’investissement et de pièces ornementales, la demande d’or mondiale ne cesse de croître.

Pourtant, le recyclage des métaux précieux est une alternative viable pour limiter l’exploitation des ressources minières. La remise en circulation de l’or des vieux bijoux, la récupération de l’or électronique ou industriel permettent de préserver les ressources naturelles. L’or recyclé concerne pour l’instant à peine 20% de l’utilisation de l’or en France ; la quasi-intégralité est fournie par les magasins et agences de rachat de métaux précieux. Bijoux anciens, pièces de monnaie en mauvais état, or dentaire ou débris, tous ces objets permettent au rachat d’or de s’inscrire dans une logique de développement durable. Vendre son or est donc un acte écologique, et constitue un frein à l’expansion des projets miniers.

TROUVER UNE AGENCE

Estimation de rachat

AVIS CLIENTS VÉRIFIÉS PAR TRUSTPILOT

LA CHARTE OR EN CASH

  • DISCRÉTION

    Respect de vos informations

  • RAPIDITÉ

    Réponse & paiement rapide

  • SÉCURITÉ

    Données sécurisées

  • GARANTIE

    Leader depuis 2009